Les mouches dans les bâtiments d’élevage

Les mouches des étables se divisent en mouches piqueuses et mouches non piqueuses. Un exemple typique de mouche piqueuse est la mouche charbonneuse (que l’on trouve chez les bovins et les porcs), qui se nourrit du sang de animaux hôtes. Les mouches non piqueuses, comme la mouche domestique, dépendent aussi de la proximité d’animaux d’élevage (bovins, porcs, poulets) parce qu’elles se nourrissent des sécrétions animales présentes dans les plaies et les orifices naturels du corps.
Une mouche femelle peut pondre jusqu’à 1000 œufs en une seul ponte. Dans les étables, les mouches pondent de préférence dans les excréments ou sur la couche flottante du lisier.
Il y a donc entre six et neuf générations de mouches par an. En général les larves sortent de l’œuf au bout de huit jours, six jours plus tard elles se transforment en nymphes avant de devenir des mouches. Un environnement chaud et humide est idéal pour favoriser leur développement.
Les mouches vivent en général de 14 à 18 jours.

L’hygiène des bâtiments d’élevage est la clé du problème !

Une bonne hygiène est essentielle à la santé des animaux.
Ceci devrait inclure un nettoyage approfondi au printemps (mi-avril à début mai) pour contribuer à réduire l’éclosion des mouches des étables et à contenir leur propagation.

Mesures d’hygiène régulières dans les bâtiments d’élevage :

  • Aération suffisante car les mouches n’aiment pas les courants d’air.
    Attention : Ne pas exposer les animaux aux courants d’air.
  • Nettoyer soigneusement les coins et les endroits difficiles d’accès.
  • Enlever les résidus de fourrage, de fumier et de lait.
  • Éviter les fuites d’eau et la contamination des aliments.
  • Aérer, remuer et drainer le lisier.
  • Vider les fausses de lisier le plus à fond possible.
  • Enlever la couche flottante du lisier.
  • Nettoyer le bâtiment régulièrement et soigneusement, en enlevant le lisier.
  • Ventiler et retourner le fumier.
  • Assurer la propreté des bacs d’alimentation.
  • Prévenir les infections entre les bâtiments/secteurs et les box.
JOSERA Rinder im Stall stehend, Blick in Stallgasse

Il faut également observer une bonne hygiène à l’extérieur afin d’éviter l’apparition d’éventuels sites de reproduction. Les voies d’accès comme les portes doivent rester fermées dans la mesure du possible.

Environ 80% de la population d’insectes est constituée de larves et de nymphes dans les sites de reproduction. Seules 20% des mouches à l’intérieur des bâtiments d’élevage y sont présents à l’état d’insectes volants. Il est donc essentiel de localiser et de détruire les sites de reproduction dans les bâtiments d’élevage et aux abords immédiats de ceux-ci.

On trouve ces sites partout où il fait chaud et humide :

  • sous les clôtures, les grilles et les séparations des box
  • dans les box des veaux
  • dans les couches liquide supérieure du lisier
  • dans les zones de litière profonde et les box humides
  • dans les fossés collecteurs
  • sur les distributeurs d’aliments automatiques
  • sur et sous les caillebotis

Pour un succès durable, il est primordial de lutter contre les différents stades de développement des insectes.
La mise en place de mesures précoces pour la prévention et la lutte contre les mouches est particulièrement efficace.

Guêpes parasites et mouches du lisier (Ophyra) pour lutter contre les larves

Pour lutter efficacement contre les mouches des étables il suffit de faire appel à leurs prédateurs naturels.
Il s’agit des mouches prédatrices (Ophyra) et des guêpes parasites qui se nourrissent des larves de ces mouches.
Ces insectes utiles peuvent être utilisés dans le lisier, dans l’aire paillée et dans la zone de raclage, là où les mouches ont leurs sites de reproduction. Fuyant la lumière et inaptes au vol ces insectes aident efficacement à contenir la propagation des populations de mouches. Ces deux espèces quittent peu leur habitat d’origine et ne dérangent donc pas les animaux dans les bâtiments d’élevage.
La deuxième intervention possible contre les mouches consiste à utiliser un larvicide.
Ces produits très efficaces contre les larves de mouche sont appliqués dans le fumier, le lisier ou l’aire paillée pour stopper leur développement. Cependant ils ne peuvent pas s’utiliser en complément des guêpes parasites et des mouches du genre Ophyra car il tue aussi ces auxiliaires utiles.
IMPORTANT: Pour bien utiliser des larvicides il faut connaître les lieux de reproduction des nuisibles. Sinon leur efficacité est très lente.

Moyens pour la lutte contre les mouches

Bien que les mouches adultes ne représentent qu’une petite partie de la population totale, des mesures devraient être prises dès l’apparition des premières mouches.

  • Fixez des moustiquaires, des pièges à lumière UV, des pièges adhésifs ou des papiers tue-mouche.
  • Suspendre un piège à phéromones pour les attirer.
  • L’utilisation d’insecticides
    Il s’agit de poisons neurologiques qui agissent par absorption ou contact. Il convient de noter que différentes familles de matières actives sont utilisées pour prévenir le développement de résistances.
  • Les hirondelles contribuent à la lutte contre les mouches des étables. Il faut leur laisser un libre accès aux bâtiments.

Les mouches aux pâturages

Les mouches aux pâturages entraînent du stress pour les bovins.
Les animaux passent la plupart de leur temps à repousser ces nuisibles, ce qui réduit les effets positifs de la mise à l’herbe.
Dans le pire des cas, la production laitière et la prise de GMQ peuvent chuter d’un tiers.
Simulies, moucherons cératopogonidés et mouches sont les espèces les plus répandues aux pâturages.
Afin de minimiser au maximum les inconvénients de la présence des mouches, on conseille d’appliquer des mesures prophylactiques au bon moment.
Deux systèmes sont actuellement disponibles à cet effet.
Les deux devraient être utilisés dès le printemps pour freiner le développement de la population d’insectes.

JOSERA Rinder auf der Weide stehend

Les boucles (d’oreille) antiparasitaires

Les boucles antiparasitaires en plastique souple contiennent des matières actives du groupe des pyréthrinoïdes.
Elles ont un effet dissuasif et parfois mortel sur les ectoparasites.
D’après le fabricant, l’efficacité dure de quatre à cinq mois.
Au début de la période de pâturage, une boucle antiparasitaire est fixée sur chaque animal et retirée à la fin de la période de pâturage, car l’utilisation est limitée à la période de pâturage.

Les solutions pour-on

Deux formules contenant la matière active deltaméthrine sont disponibles sur le marché.
Particulièrement efficace contre les mouches, ce produit ne perd pas son efficacité même par temps de pluie.
Le produit est appliqué sur la ligne dorsale de l’animal, du garrot jusqu’à la base de la queue. Il reste actif entre six et dix semaines.
Toutefois la matière active a un temps d’attente dans les tissus comestibles.
Il existe d’autres produits à base de la matière active cyfluthrine, mais leur durée d’action est plus courte, de quatre à six semaines.
Indépendamment des boucles antiparasitaires et des solutions par pour-on contenant de l’insecticide, les zones humides et les bouses devraient être évitées dans la prairie dans la mesure du possible, car ce sont des sites de reproduction idéaux pour les mouches.
De plus, les animaux devraient toujours avoir accès à des zones avec de l’ombre.

A retenir

Les mouches représentent un facteur de stress important pour les animaux, à l’étable comme au pâturage.
En outre elles sont vectrices de maladies et font courir un risque sanitaire accru.
Pour éviter des pertes économiques importantes, des mesures d’hygiène régulières doivent être prises dans les bâtiments d’élevage.
Il est essentiel de lutter contre les mouches dès le stade larvaire car c’est le seul moyen de bien arrêter le développement des populations.

Je cherchais un autre sujetPas du tout utileMoins utileUtileTrès utile (Aucune évaluation disponible)
Loading...

Cela pourrait aussi vous intéresser:

La productivité des vaches laitières

JOSERA Rinder während dem Melken, Blick auf Euter

La productivité est calculée sur la base de la production laitière des 40 premiers jours de lactation.

Les vaches aux pâturages

JOSERA Kälber auf der Weide stehend

Des vaches dans un pré – une belle image de publicité. Que faut-il respecter pour un bon commencement ?


Contact et service

Vous souhaitez des informations détaillées ou un conseil ? Plus vous indiquer avec précision ce qui vous intéresse, mieux nous serons en mesure d´y répondre. Vous ne pouvez pas acheter de marchandises directement chez nous. Nous vous communiquons volontiers le revendeur Josera le plus proche de chez vous.

 
 
Ligne téléphonique conseil
de 8 á 17h : +49 (0) 9371 940 0